Je me suis dit que si je le faisais pas à ce moment-là, j'allais avoir pas d'autre occasion avant longtemps, et que l'envie allait me ronger pendant des jours, que ça serait insupportable. Je me suis raccrochée au fait que tu ne m'avais pas repoussée, en me disant que si tu ne voulais pas de moi, tu me l'aurais fait comprendre avant.

Du coup je suis sortie de ma chambre avec un putain de pic d'adrénaline pour te voir. J'ai frappé à la porte et comme je voulais pas te parler dans le couloir, pour pas déranger/me faire déranger par les autres, je t'ai demandé si je pouvais rentrer dans ta piaule. Je t'ai demandé si je pouvais t'embrasser avant de dire que je voulais profiter de toi sans que ça induise des histoires de coeur/couple parce que je me sentais vraiment pas d'aborder le sujet, j'étais un peu au bord de l'évanouissement. C'est pour ça que je t'ai demandé qu'après, quand on a reppris notre respiration.

Le fait que tu tremblais, ça m'a fait plaisir et en même temps peur, plaisir parce que ça voulait dire que tu ressentais des choses très fortes, peur parce que ça avait l'air de sacrément te secouer. C'était étrange. C'était agréable. Tu embrassais mal, un peu, tu sais avec les dents. Mais ça a changé rapidement, et c'était agréable.

Maintenant, je sais que si je t'embrassais comme je l'ai fait, tu ne tremblerais plus, que ce serait totalement différent, mais qu'en même temps on se souviendrait de ce soir-là, ce serait comme quand le soleil se couche et que les nuages prennent des teintes roses, tu comprends ?

Je me rappelle qu'à un moment, ça a commencé à me faire tellement peur que je t'ai demandé de t'asseoir, parce que je n'aurais jamais pu te retenir si tu étais tombé.

Tu sais, je pense que si j'aime toucher tes cheveux, c'est parce que ça me rappellera toujours ce que j'ai ressenti la première fois que je l'ai fait, parce que ce sentiment sera toujours présent. Je pense que c'est l'intégralité de ce que je ressens pour toi qui se retrouve dans ce geste, et dans ce que ça me fait. Rien que d'y penser fait proc des choses dans ma tête.

C'était tellement agréable, de découvrir ta peau, ton corps, ton souffle... Je me sentais tellement bien... Et y repenser me donne envie de t'embrasser, pendant de longues minutes, comme la première fois. De sentir ton odeur si douce et volatile, tu sais que j'aime ton odeur.